13 avril 2006

Les jeux à l'école primaire? Oui, c'est possible!


Étant enseignant en éducation physique au primaire, et grand amateur de jeux, j'ai décidé, il y a de cela 4 ans, de tenter le coup et d'essayer de "contaminer" mes collègues au travail pour ensuite, dans une stratégie à long terme, faire de même avec les élèves de l'école! Et bien croyez le ou non, le projet fut une réussite sur toute la ligne.

Premier essai, les enseignants(es). Comme j'enseigne dans une école située à 25 km de ma résidence, je dois dîner à l'école à l'heure du lunch. Et de quoi parle les profs (pas tous, mais...!) à l'heure du lunch? Des cas problèmes de leurs classes, de leurs difficultés, etc. Alors, dans le souci de faire changer le discours, pourquoi ne pas se changer les idées en jouant? Vous auriez dû les voir lorsque je leur parlais de ma passion, des jeux qui existaient autre que le Monopoly, de la tendance actuelle de ce passe-temps. Ils étaient assez, disons, sceptiques. Alors, j'ai commencé avec les 6 Nimmt!, Perudo, Jungle Speed, Wizard, Stupide Vautour, MammaMia, Can't Stop! Ce fut le début de la contamination! Avec de petits jeux de cartes différents, pour passer ensuite vers les jeux de plateau pas trop complexes également. On a quand même 60 minutes pour jouer le midi, incluant le temps de s'alimenter. Ce qui donne un 35-40 minutes de temps libres pour jouer. Et bien depuis ce temps, nous sommes environ de 5 à 7 joueurs réguliers qui se regroupent autour d'une table pour s'adonner à cette belle passion. 7 sur une possibilité de 15 environ, c'est bien, non? Et tout cela, sous les yeux "observateurs" de ma directrice? Très important pour ce qui suit.

Alors vint le 2ième essai, avec les élèves. Mais comment faire? Les classes ont tous des jeux de société qui sont souvent utilisés lors des jours de pluie, jours où les enfants demeurent à l'intérieur. Mais ce sont souvent des jeux pas trop dispendieux, car les élèves n'y font pas vraiment attention. Et des jeux trouvables dans les magasins à grande surface. Alors, je devais trouver un plan pour, premièrement, trouver un budget pour renouveler la banque de jeux, et puis, deuxièmement, trouver la façon de faire intégrer ces jeux dans la grille horaire de l'école et ainsi faire en sorte que le tout soit d'une certaine façon dirigé par les enseignants que je devais convaincre de l'implication que cela amènerait. Chose qui fut facile avec la réussite de mon premier essai! Alors, après discussion avec ma directrice, j'ai amené l'idée d'intégrer à l'horaire, une période de jeux. Et oui, un 54 minutes où toute la classe joue à des jeux de stratégie, animé par le titulaire. Et la réponse de ma directrice : "Oui, mais Yves, que vont penser les parents si l'on met une période "jeux" à l'horaire? Ils vont dire qu'ils jouent à l'école?" Et moi de répondre: "Ce sera une période de Résolutions de problèmes par le jeu, et non que de jeux libres!" Et c'était ainsi dans la poche! Pas si facile, mais je sauterai les détails. Alors a suivi l'attribution de 2000$ venant de notre campagne de financement pour faire les achats, et j'ai pu acheter plusieurs copies de plusieurs jeux afin de faciliter le travail des titulaires en classe (moins de règles à apprendre). J'ai donné une petite formation à mes collègues d'une heure ou deux en journée pédagogique, et aujourd'hui, ils connaissent davantage ce merveilleux monde et plusieurs parmi eux sont devenus accros! Mission accomplie. Et ces jeux se retrouvent dans un local fermé sous clé, donc inaccessibles pour être pris librement par les élèves.

Et les élèves, eux? Si je me fie aux propos des titulaires, ils aiment beaucoup. C'est une période attendue sur les 9 jours sur lesquels l'horaire est basé et ils sont soumis à des compétences autres que de seulement jouer; coopération, explication de règles à leurs pairs (oral), respect de ceux-ci, réflexion, prise de décision, bref, ce n'est pas que du jeu libre, mais bien un outil de plus pour le développement de l'élève. Et en plus, ils jouent! Mais sous une supervision dirigée. Les professeurs ont "acheté", alors cela a facilité le processus.

Qu'il est bon de voir les élèves jouer, par exemple, à Dvonn, Zertz ou Carcassonne, tous en même temps, tous au même moment... En espérant qu'ils deviennent de futurs accros, tout comme nous! Alors, oui, il est plus que possible d'intégrer des jeux modernes à l'école primaire!

Yves, alias Le Gourou!

0 Commentaires:

Enregistrer un commentaire

Liens vers cet article:

Créer un lien

<< Page principale