30 décembre 2005

Le point sur Age of Steam


Je ne sais pas si, comme moi, vous êtes un amateur de l'excellent Age of Steam de Martin Wallace. Si c'est le cas, vous savez probablement déjà qu'il en existe une tonne d'extensions. Certains font le point sur ces extensions. Je vous propose ici une nouvelle énumération avec les liens que je trouvais les plus pertinents.

Les plateaux sur eludique


C'est avec plaisir que j'ai récemment vu le traffic sur ce blog s'accroître de façon importante, alors qu'il figure désormais sur le portail eludique. Celui-ci constitue d'ailleurs une excellente façon de rester au fait de l'actualité ludique francophone, surtout pour les amateurs de fils RSS. Toutes les nouvelles importantes y sont colligées et accessibles facilement. De mon côté, c'est maintenant une référence incontournable. À ma connaissance, les plateaux est le premier blog ludique québécois. J'espère que sa présence sur le portail eludique contribuera à rapprocher les communautés de joueurs français et québécois, qui partagent une même langue et une même passion mais qui communiquent rarement.

Notez aussi que eludique a eu la générosité d'offrir une adresse un peu plus courte pour ce blog, qui peut maintenant être rejoint via lesplateaux.eludique.com.

28 décembre 2005

Deflexion: Un jeu lumineux


Proposé par trois ingénieurs de l'université de Tulane, deflexion est un jeu dont on commence à beaucoup parler, et pour cause. Les règles, plutôt simples, sont celles d'un jeu abstrait en apparence assez classique, mais l'intégration d'un laser dans la mécanique même du jeu rend celui-ci beaucoup plus intriguant! Je vous le dis tout de suite, je n'y ai pas encore joué, mais si vous souhaitez me faire un cadeau, n'hésitez pas à me l'offrir. En effet, ce genre de jeu tombe pile dans mes cordes et j'espère qu'il verra une édition plus importante qui me permettra de l'acquérir à un prix raisonnable.

27 décembre 2005

Les meilleurs du monde en-ligne


Le monde des jeux de société en-ligne ne cesse de se développer. La communauté des joueurs français (autour de tric trac) est très active, et les auteurs s'y expriment librement. La communauté américaine (autour de boardgamegeek) compte des miliers d'amateurs. Même la petite communauté québécoise (autour des dragons nocturnes) commence à prendre de la vigueur.

Autour de tout ça, des marchands en-ligne, des sites pour jouer, des forums, des blogs, des banques de données... Et maintenant des prix pour nous aider à trouver la crème de la crème! Il y avait déjà l'élection du meilleur site ludique français. Maintenant, Gone Gaming propose ses Board Game Internet Awards dans près de vingt catégories. Pour l'instant, on n'y est qu'à la mise en nomination, donc n'hésitez pas à soumettre votre boutique en-ligne préférée, ou encore un blog, un article, un site communautaire ou même un magazine en-ligne.

26 décembre 2005

Le Sudoku n'est pas japonais


Malgré ce que plusieurs croient, le sudoku, ce puzzle devenu récemment ultra-populaire, n'est pas d'origine japonaise! En effet, il a été créé en 1979 par Howard Garns et est fortement inspiré des carré latins, une construction mathématiques due à Euler et datant du 18ième siècle.

Le nom sudoku n'a été introduit qu'en 1984 par le mensuel japonais Nikoli. Aujourd'hui, les sudokus sont publiées dans plus de 100 quotidiens à travers le monde et ont été déclinés de multiples façons en jeux de société aussi bien qu'en jeux vidéo... Moi même je me suis laissé tenter à programmer un petit générateur de sudokus qui, ma foi, génère des puzzles assez difficiles!

25 décembre 2005

Un Best Bet Award 2006 pour LADR


Cette année les aventuriers du rail ont remporté le Best Bet Award dans la catégorie 8 ans et plus. Ce prix, qui s'ajoute aux nombreuses récompenses déjà accumulées par LADR, est attribué par le Conseil Canadien d'Évaluation des Jouets, un organisme sans but lucratif composé de volontaires qui sélectionnent chaque année des centaines de jouets et de jeux. Ceux-ci sont ensuite testés par des enfants et évalués selon leur design, leur but, leur durabilité et leur intérêt. L'an dernier, Les Dragons du Mékong s'étaient mérité le prix dans cette même catégorie.

Joyeux Noël!


Joyeux Noël à tous les lecteurs de ce tout jeune blog! J'ai l'étrange impression que Noël est un moment que nous apprécions tous, nous, joueurs de plateau! Profitez bien de vos vacances, si vous en avez, et jouez beaucoup si vous le pouvez: en famille, avec les amis... Question de se rappeler l'esprit de cette fête qui tend à devenir un peu commerciale avouons-le.

24 décembre 2005

Auteurs de l'année


Dans sa première partie, Levy présentait les classiques du jeu de société, et les pionniers revenaient souvent. Malheureusement, je n'avais pas joué à beaucoup de ces jeux. La seconde partie, parue aujoud'hui, fait la part belle aux Kramer (1999, 2002), Moon (2001, 2004) et Teuber (1990, 1995, 1996). Le grand gagnant reste cependant Knizia avec pas moins de 5 prix (1992, 1997 à 2000).

Cette façon de présenter la production des auteurs est fort intéressante et offre une perspective originale sur le microcosme ludique. On remarque, entre autre, que les années 1997 à 2000 constituent l'apogée de la création de Knizia.

18 jeux évalués par le magazine Enfants


L'édition décembre-janvier du magazine Enfants évalue 18 jeux de société, et ce en collaboration avec le Conseil Canadien d'Évaluation des Jouets. Surprise, les jeux évalués ne sont pas uniquement ceux que l'on retrouve en grande surface!

En particulier on donne la meilleure note à La danse des oeufs, Pounce!, Zimbbos et plusieurs autres un peu moins originaux. Évidemment, les critiques et les commentaires sont très sommaires mais ça donne tout de même envie d'offrir des jeux de société originaux pour Noël.

23 décembre 2005

Amateurs de Funkenschlag, à vos ciseaux


Voici une extension pour Power Grid proposée par Jean-Claude Adelmand. Je ne l'ai pas essayée mais ça me semble une excellente idée. En fait, le truc est de construire un plateau modulaire constitué d'îles que l'on connecte et qui créent un nouveau plateau à chaque partie. C'est un gros plus pour ceux qui, comme moi, n'aiment pas les stratégies pré-établies qui dépendent de la carte. Je verrais bien la même idée s'appliquer à un Age of Steam ou un Magna Grecia.

22 décembre 2005

Deal or No Deal


Deal or no deal est un jeu télévisé développé aux Pays Bas. À la différence des multiples jeux questionnaires usuels, celui-ci rappelle quelque peu un jeu de société. Le jeu est relativement simple. Dans sa version américaine 26 valises sont présentées à un participant (par 26 top modèles, on est aux USA). Chaque valise contient un des 26 montants possibles, de 0.01$ à 1 000 000$. Le participant sélectionne une des valises, qui est mise de côté... et le fun commence!

Le participant sélectionne 6 des valises restantes, dont le contenu est révélé. Si le million sort, tant pis, il n'était pas dans la valise sélectionnée... Ensuite, en fonction des montants qui sont sortis, le banquier officiel de l'émission propose un deal au participant pour racheter la valise choisie. Par exemple, si seuls de petits montants sont apparus, le banquier peut avoir peur que la valise sélectionnée ne contienne un gros montant. Il pourrait offrir 75 000$ au participant pour qu'il arrête tout et rentre chez lui. Si le participant accepte c'est terminé, s'il lance un "No deal!", la partie continue. Il sélectionne alors 5 nouvelles valises dont le contenu est révélé, nous en apprenant un peu plus sur la valise sélectionnée. Une nouvelle offre est faite par le banquier, et le participant décide ou non de continuer. Ça continue comme ça jusqu'à ce qu'une offre soit acceptée ou que toutes les valises, sauf celle sélectionnée, soient ouvertes.

Bien sur c'est mercantile, bien sur c'est show business... Mais dans le genre jeu de prise de risque, c'est assez sympathique.

Taxonomie des jeux


Comme premier véritable message, je soulève une question qui m'est chère et qui reviendra sans doute souvent: comment classifier les jeux.

La taxonomie, dans sons sens premier, est la science de la classification des organismes vivants. Aujourd'hui on appelle taxonomie la classification, basé sur certaines similarités, de n'importe quel ensemble d'objets. En général, une taxonomie sera hiérarchique: certaines classifications se faisant à très haut niveau et d'autres visant à discriminer très précisément les objets. Une taxonomie est utile parce qu'elle nous permet d'abstraire certains concepts, et donc de mieux réfléchir sur un sujet.

Dans le domaine des jeux de société, et même des jeux vidéo, bon nombre de classifications ad-hoc ont été proposées. On en retrouve sur la plupart des sites de jeux. Classification par mécanismes, par thèmes, par auteur, par styles... Peu sont véritablement efficaces. Je prend pour exemple le site boardgamegeek, où chaque jeu peut se voir attribuer des dizaines de catégories ou de mécanismes. Au final, le résultat est totalement fouilli et généralement ignoré par les utilisateurs.

Un travail beaucoup plus sérieux, bien que limité, a été fait pour le sous-groupe des jeux de connexions par Cameron Browne dans son excellent bouquin Connexion Games, Variation on a Theme.

Une des classification les plus élaborées que je connaisse est celle proposée par Pierre (aka Zendor). Bien que, à ma connaissance, celle-ci ne soit pas disponible sur le web, j'ai eu la chance de la consulter à diverses reprises lors de mes rencontres avec lui.

Bien que le travail fait par Pierre soit considérable, pour être intéressante une classification doit être acceptée et utilisée par un groupe. De plus, pour devenir une véritable taxonomie, il reste à organiser hiérarchiquement les catégories retenues. Finalement, notons qu'il n'existe pas de taxonomie unique des jeux de société. Chaque façon de les organiser offre une vision différente et originale, et toutes peuvent nous permettre de mieux comprendre les jeux.

20 décembre 2005

Introduction


Un blog pour parler de jeux de société... Ceux que j'aime, ceux auxquels je joue, mais surtout pour essayer de comprendre ce qu'ils sont! Parce que les jeux de plateau sont appréciés mais restent assez mal compris. La question centrale: qu'est-ce qui fait un bon jeu?

Entre autre, je prévois des rapprochements avec le jeu vidéo qui reçoit beaucoup d'attention alors même que son grand frère de carton reste dans l'ombre. Pourquoi? Qu'ont-ils en commun et où se distancent-ils?

Si ce genre de questions vous intéresse, suivez Les Plateaux, et n'hésitez pas à ajouter vos commentaires!