31 mars 2006

Week-end Ludo Plein-Air, c'est demain!


Un petit message pour vous mentionner que je trépigne un peu à la veille du Week-End Ludo Plein-Air qui aura lieu demain! Près de 70 participants sont attendus le samedi et une quarantaine passeront la nuit sur place pour participer, le lendemain, au tournoi d'Aventuriers du Rail version maison! À part cet événement, qui promet d'être original, on reprend aussi la formule de la kermesse qui avait très bien fonctionnée l'an dernier. Il faut aussi craindre le pire en ce 1er avril jour de poisson!

En tout c'est près de 40 jeux, gracieuseté des nombreux et généreux commanditaires, qui seront remis au cours du week-end. On se retrouve après avec un compte-rendu en image semblable à celui de l'an dernier. Si vous participez et prenez des photos que vous voudriez voir affichées ici, ou encore si vous souhaitez soumettre un texte ou une critique, n'hésitez pas à me transmettre ça par courriel.

30 mars 2006

Des jeux rares


On ne compte plus les listes five & dime présentant les jeux auquels quelqu'un a joué au moins 5 ou 10 fois dans l'année. David Fair nous présente une liste un peu différente, qui en appelle à mon âme de collectionneur à l'affut de nouveautés. C'est la liste one is the loneliest number, qui présente tous les jeux auxquels il n'a joué qu'une seule fois l'an dernier. Les pires jeux, penseront certains. Pas si on en croit la première partie, parue sur boardgame news, on y trouve en effet une panoplie de prototypes et de jeux rares, que David apprécie mais qu'il n'a pas eu la chance de rejouer parce qu'il ne les trouve pas dans son entourage. Certains titres qui aboutieront peut-être bientôt sur les tablettes tels:

  • You Must be An Idiot, Stephen Glenn
  • Nebula's Hoard (devenu Silk Road), Ted Cheatam et Bruno Faidutti
  • Race to the Galaxy, Tom Lehmann
  • Take Stock, Simon Hunt
  • Morrocco, Steve Zamborsky
Et d'autres, encore, qui ne sont pas passés par mes boutiques préférées:
  • Junk Yard, Alan D. Ernstein
  • Mermaid Rain, Keiji Kariya et Hitoshi Yasuda
  • Skyline of the World, Hans van Tol
  • Walk The Dogs, Alan R. Moon
  • Zoff In Buffalo, Christwart Conrad
Bref, ce n'est peut-être pas une liste pour vous qui découvrez le hobby, mais ça mérite une lecture si vous vous êtes déjà fait une opinion sur 90% des jeux qu'on retrouve dans les top 10, five & dime et autres palmarès.

28 mars 2006

Alan Moon live!


Le sympathique show en-ligne Board Games with Scott nous propose de découvrir le matériel et les règles de Ticket to Ride: Märklin. Ce qu'il y a de sympathique, c'est que le jeu nous est présenté par son auteur, Alan Moon lui-même! Un personnage fort sympathique que j'ai été très content de voir et d'entendre. Le jeu m'apparaît toujours intriguant et j'ai bien hâte de l'essayer lors du week-end ludo plein-air!

Profitez-en pour faire le tour des chroniques de Scott, toutes excellentes. S'il parle d'un jeu à propos du quel vous vous posez des questions, vous êtes presque assuré de trouver la réponse dans sa chronique.

(Source: Naturelich)

23 mars 2006

L'effet Palmarès


S'il existe un point commun à plusieurs sites Internet portant sur les jeux de société, c'est bien ce désir de classer les jeux, de construire des palmarès où l'on cherche souvent, sans se l'avouer, le meilleur. Tric Trac ajuste la note moyenne selon la présence de scores parfaits, 5/5, ou médiocres, 1/5; BGG recalcule la moyenne en ajoutant une quantité avis « moyen », etc. Chacun avec une méthode qui lui est propre.

Top 100
À l'automne dernier et au début de l'hiver, à la suite de la lecture d'un palmarès prétendant, j'insiste sur ce mot, établir les « 100 meilleurs jeux de l'histoire » (!), les Dragons Nocturnes ont voulu donner leur opinion et savoir quels étaient leurs jeux favoris. Nous avons d'abord trouvé une formule convenable puis chacun a réalisé la liste de ses 15 jeux préférés. Pierre Poissant en a tiré un palmarès des 30 « opus » les plus appréciés. Nous avons bien aimé réfléchir sur nos propres goûts et surtout lire les fiches extraordinaires qui expliquaient chaque choix.

Toutefois, cet exercice m'a fait réfléchir, surtout lorsque la question de « l'an prochain » s'est pointée. Autant j'aime et consulte régulièrement les palmarès, un peu comme tout le monde, autant je crains de répéter ce travail. Pourquoi? Simplement parce qu'il me semble exister un « effet palmarès » qui influence de façon non négligeable les palmarès existants et qui, paradoxalement, nuit à notre culture ludique. Je m'explique. Plusieurs facteurs externes au jeu lui-même altèrent déjà notre jugement : l'état mental ? fatigue, stress ?, les autres joueurs, la bonne ou mauvaise explication des règlements, le nombre d'heures de jeu consécutives, voire l'estomac! Généralement, nous repérons ces facteurs (quoique...) et nous en faisons abstraction (je l'espère!) lorsque vient le temps de se prononcer sur la valeur d'une oeuvre. Par exemple, il m'arrive de dire : « Je n'avais pas envie de jouer à un Wargame ce soir-là. », ou encore « Il faisait trop beau et je rêvais d'un Frisbee! ».

Boule de neige
Par contre, on ignore souvent qu'avant même l'ouverture de la boîte et le placement des « titoms » (néologisme traduisant « Meeples »), les palmarès consultés ont changé quelque chose. Pourquoi découvrons-nous ce jeu-ci plutôt qu'un autre? Nous qui manquons toujours de temps pour s'adonner à notre passion, voire jouer une seule partie de toutes les boites sur les étagères! Rendons-nous à l'évidence, il y a de fortes chances que les fameux palmarès aient joué ce rôle. En même temps, c'est normal. Je veux dire, on assiste au même phénomène en littérature, au cinéma et partout ailleurs! Les gens ne peuvent tout voir, tout lire et s'orientent avec différents guides vers ce qu'ils espèrent le meilleur. Je trouve même souhaitable qu'une oeuvre de qualité profite de cette forme de publicité.

Dan Brown
Le Code Da Vinci ou
Anges et Démons?
Par contre, ceci occasionne quelques fois un effet « boule de neige ». Une petite folie s'empare du public et on dirait que le succès dépasse le mérite. À croire qu'il existe un point d'équilibre au-delà duquel tout explose. Un exemple? J'en donnerai à partir d'un jugement qui n'est pas mien. Bien des gens connaissent le Da Vinci Code, beaucoup moins Anges et Démons. Pourtant, tous ceux ayant lu les deux aventures de Robert Langdon et qui m'en ont parlées (j'oeuvre dans le domaine littéraire depuis plus de huit ans) m'ont dit que les « Anges » surpassaient le « Code ». Toutefois, malgré toute la publicité possible, même en argumentant sur le fait qu'il s'agit du meilleur roman de Dan Brown, célèbre auteur de « l'extraordinaire » Da Vinci Code, celui que vous avez lu et adoré, jamais Anges et Démons n'approcheront le succès du futur succès du Box Office.

Puerto Rico
Puerto Rico
Pas besoin de s'appeler Sherlock Holmes pour mesurer la notoriété de Puerto Rico...
TT : Puerto Rico est deuxième, près des Loups-garous;
BGG : Puerto Rico est premier; et ne sera probablement pas délogé par Caylus;
Dragons Nocturnes : Puerto est premier, pratiquement le double des points de la deuxième place;
Bruno Faidutti : « Incontournable », c'est-à-dire la crème de la ludothèque idéale;
François Haffner : « Coup de coeur » (seulement une cinquantaine de jeux ont ce titre chez ce collectionneur).

Évidemment, un néophyte parcourant les palmarès risque fort de tomber sur Puerto Rico. Remarquez, il n'y a pas tant de mal, je ne remets pas en question le génie de PR. Malheureusement, on se retrouve devant une concentration évidente (une convergence?) : la variété diminue. Nous consultons les palmarès, oui, mais rarement au-delà des premières pages... Pourquoi s'intéresser aux « moins bons jeux »? Et si chacun a l'occasion de se prononcer, reconnaissons que certains types de joueurs parlent moins et moins fort. Si un public plus large s'exprimait, Puerto Rico dominerait-il autant? S'il dominait moins, y jouerait-on autant? Lui vouerait-on un tel culte? Vous voyez la spirale.

Eugène Ionesco
Eugène Ionesco
Par ailleurs, je perçois un effet « Rhinocéros », que je nomme ainsi d'après la pièce de théâtre de Ionesco. Sans qu'on s'en aperçoive, les multiples avis positifs (ou l'inverse dans d'autres cas!) influencent inconsciemment notre propre jugement. Dans Rhinocéros, les gens incapables d'une pensée personnelle se transforment en cet animal massif, peu reconnu pour son intelligence, plutôt brutal et à moitié aveugle. L'auteur suppose même qu'un village complet se métamorphose pour suivre le mouvement de masse, à l'exception du personnage principal, Bérenger. Je ne considère personne comme un rhino, mais j'ai pu constater cette tension sur moi-même, alors qu'on peut affirmer sans se tromper que mes préférences diffèrent largement de ceux des Dragons nocturnes. Seulement quatre de mes choix se retrouvent dans le top 30, mon premier n'y figure pas et mon deuxième se classe tout juste en dernière place!
Rhinocéros
Rhinocéros
Malgré des goûts indépendants, je subis l'effet Rhino. J'ai joué aux Aventuriers du rail, il y a un peu plus d'un an, lors de la folie post-Spiel et autres consécrations. Mes parties se sont toutes achevées avec ce petit goût de « et alors? ». On s'entend, je ne trouve pas le jeu mauvais, loin de là, j'ai aimé y jouer, mais je me demandais vraiment ce qu'il y avait d'extraordinaire (LADR ne sont pas dans mon top 15). Pourtant, j'ai été, et je suis encore, tenté de me procurer ce jeu. Pourquoi? Je ne saurais l'expliquer autrement que par un effet Rhino. Le poids de la collectivité sur ma pensée individuelle. Aujourd'hui même, j'essaie de me convaincre que je devrais peut-être m'acheter la dernière mouture. Dans quel but? Être comme les autres? Certains prétendent le contraire, que plusieurs bonnes références augmentent la hauteur des attentes et favorisent les déceptions. Je n'y crois pas. Ou peu.

Bref, je consulterai toujours les palmarès, ils jouent un rôle important. Mais je m'en méfierai. Ils ne demeurent, au reste, que l'avis d'autres personnes.

Une Ombre sur Whitechapel réédité


Pour y avoir joué chez Paul au début du mois, et contre le sympathique et redoutable GamerDan de surcroît, je peux dire que j'aime beaucoup Une Ombre sur Whitechapel, de Cathala et Maublanc. Au point ou j'en suis à paufiner les plans d'un tunnel qui partirait du nouveau métro de Laval pour se rendre jusque dans la pièce secrète où Paul garde sa rarrissime copie...

...Et bien Paul, tu n'as plus rien à craindre car je viens de voir, dans l'éditorial de Ludovic Maublanc, la phrase suivante qui me rempli d'espoir:

Enfin, Une Ombre sur Whitechapel, qui a eu beaucoup de succès sous sa forme « édition limitée », devrait voir le jour dans le courant de l'année chez un nouvel éditeur dans une édition plus classique... il devrait donc y en avoir pour tout le monde :-)
(Source: Jeux de Ludo)

22 mars 2006

LADR Québec, enfin!


Peut-on vraiment se vanter d'être une communauté ludique avant d'avoir notre propre Aventuriers du Rail à nous? À la vue de tous ceux qui ont déjà été proposés, on serait en droit de croire que non!

LADR Québec
Et bien maintenant on n'a plus à se poser la question! En effet, Guilain (aka Alien) m'a fait parvenir il y a quelques temps un CD contenant sa version des Aventuriers du Rail dans la belle province. Après avoir un peu travaillé les fichiers pour les rendre accessibles via le web, je vous les présente enfin!

Vous trouverez le plateau en 6 pages 8.5 x 11 au format PDF (4.5 Mo) ou encore dans une seule image au format jpg (3.2 Mo). Les 30 cartes destination, quant à elles, sont disponibles dans 3 fichiers pdf distincts (1, 2, 3).

Les règles sont les mêmes que la version orginale de LADR, y compris le bonus pour le plus long chemin. Une petite particularité, on y trouve un chemin de longueur 9 rapportant 24 points! Bonne chance!

Remarque: Je viens tout juste de terminer la fabriquation du miens à partir des fichiers ci-haut, c'est pas mal réussi! Il faut faire attention, cependant, de configurer l'impression dans Acrobat Reader pour qu'elle ne réduise pas automatiquement la taille des grosses pages, sinon les différentes feuilles ne s'ajusteront pas correctement.

(Déclaration: Les Aventuriers du Rail est un jeu de Alan R. Moon publié par Days of Wonder, pour pratiquer cette version maison vous devez vous procurer le jeu original.)

21 mars 2006

Variez vos Caylus


J'aime bien les petites extensions maison facile à fabriquer. Dan Rosewater, un fan de Caylus, nous propose de nouveaux buildings qui pourront à coup sur varier le jeu et contrecarrer un peu les plans de votre Sith préféré.

Guilde de voleurs (1)
Guilde de voleurs (1)
Ci-contre la guilde des voleurs. Le roi n'aime pas les voleurs alors il vous en coûtera 2 points de victoire pour l'acquérir. Mais si vous avez un peu l'esprit retors, vous serez récompensé! Son utilisation vous permet en effet de voler un cube à l'un de vos voisin... Probablement au Sith!

Guilde de voleurs (2)
Guilde de voleurs (2)
Celui-ci aura d'ailleurs tôt fait de protester et vous lui proposerez alors des voleurs un peu moins méchants. La variante ci-contre, qui ne coûte qu'un point de victoire, permet à son utilisateur de subtiliser une pièce d'or à l'adversaire de son choix. Si vous trouvez encore que c'est trop puissant, l'auteur propose quelques aménagements de règles qui édulcore encore un peu la guilde, mais est-ce bien des voleurs quand ils suivent les règles?

Hôpital
Hôpital
Pour soigner les maux du pauvre Sith abasourdi, vous pouvez toujours l'envoyer à l'hôpital royal, une bâtisse bleue somme toute difficile à construire, mais dont l'utilisation permet de s'attirer la faveur du roi! Ainsi le champ de joute n'est plus le seul endroit où on peut attirer l'attention du roi, quoi que l'hôpital reste toujours à la merci du prévôt.

Tailleur
Tailleur
Finalement, Dan Rosewater nous offre le tailleur royal, une bâtisse bleu bon marché qui permet d'engranger des points de victoire. Ce n'est pas une tuile à tout casser, mais quand il reste un cube d'or à dépenser ça peut valoir le coup.

Joallier
Joallier
Le site officiel de Caylus, sur lequel on trouve tous les bâtiments contient également une tuile bonus, le joallier, qui peut rentrer assez vite dans la partie et permet de transformer ses cubes d'or quand on n'est pas en mesure de construire de bâtiment bleu. Ça peut être pratique...

Je ne sais pas à quel point les tuiles supplémentaires fonctionnent bien et je n'en ai pas vu de critique, mais elles semblent intéressantes et permettent sûrement de varier un peu le jeu. Le mieux serait peut-être de faire un peu comme avec l'extension Puerto Rico et d'établir quels bâtiments pourront être utilisés pendant la partie. Ainsi, les stratégies toutes faites devront s'adapter à une situation initiale changeante.

(source: Naturelich)

20 mars 2006

Sudoku: 20 mars 2006

9
4

2
6
4
5

3
6

9

7
8

9
3
4
5

7
6
4

2

7
1


Comme je l'ai déjà mentionné dans le passé, je me suis amusé à faire un petit logiciel qui génère automatiquement les sudokus. Je ne connais pas trop leur niveau de dificulté, je crois qu'ils sont très corsés. Ce que je sais c'est que vous ne les retrouverez pas ailleurs. Si vous les solutionnez, n'hésitez pas à laisser un commentaire!

Pour commencer, je publierai un sudoku par semaine le lundi, la solution suivra le lundi suivant. Ci-contre le sudoku numéro 458. Pour le travailler, faites imprimer la version pdf.

17 mars 2006

Des extensions de Schacht


Michael Schacht n'aime pas se tourner les pouces, et quand il n'est pas à inventer un nouveau jeu, il fabrique de sympathiques extensions qui renouvellent ses jeux déjà publiés.

La plupart de ces extensions n'étaient disponibles que sous forme de goodies que pratiquement personne n'avait la chance de posséder. Ils sont aujourd'hui disponibles aussi pour les bricoleurs-qui-parlent-allemand! En effet, une visite sur la section appropriée de son site web nous permet de découvrir, en allemand, des extensions pour California, China (A1,A2; B1,B2), Hansa, Coloretto (A,B,C), Paris Paris et quelques autres jeux que je ne connais pas. On y trouve aussi deux jeux complets dont les règles sont offertes en anglais: Interurban (règles 1,2,3,4, tuiles 1,2); et Die Tafelrunde.

Les règles allemandes des extensions sont très courtes, et probablement faciles à traduire pour qui s'y connaît un peu. Si jamais vous vous y mettez, ou si vous lez trouvez quelquepart, faites-moi signe!

13 mars 2006

Plus de détails sur trois intriguants de Nuremberg...


Décidément, je fais beaucoup de chemin avec ce sujet (voir ici et ici)... Mais que voulez-vous, quand des jeux m'intriguent je suis à l'affut de toute information qui pourrait les concerner.

Aujourd'hui je suis particulièrement choyé. D'abord on a Rody qui nous offre ni plus ni moins que les règles de Mauerbauer (bgg), le nouveau Colovini. J'ai rejoué cette fin-de-semaine à Carolus Magnus, de l'auteur, et je dois admettre que j'admire sa capacité à créer un jeu subtil et réfléchi à partir de règles simples. Si je ne m'abuse, Zendor m'avait un jour dit que c'était le but avoué de ce monsieur, qui marchait dans les pas de Randolf (j'ai besoin d'une confirmation ici, Pierre...).

Mauer Bauer
Mauer Bauer
Et bien, Mauerbauer semble s'inscrire tout à fait dans cet agenda. On y retrouve même les tours noires, blanches et grises de Carolus Magnus! Les joueurs posent des murs sur les arêtre des triangles composant la carte. En cela, le jeu n'est pas sans rappeler TransAmerica. Sauf que le but, ici, n'est pas de faire un réseau mais bien d'encercler des territoires et ainsi de créer des villes. Le jeu est aussi un tantinet plus complexe que le simplissime jeu de train, les joueurs lançant des dés spéciaux et plaçant des tours et des maisons sur le plateau. Il reste que la simplicité est palpable et que les règles sentent bon le Colovini. Il reste sur ma hot list celui-là.

Ticket to Ride - Märklin Edition
TtR - Märklin
Après Rody et Colovini, c'est Naturelich qui nous gâte avec, tout d'abord, une critique et une description, en anglais, de Ticket to Ride: Märklin Edition (bgg). Ce jeu, qui est décrit comme "un jeu de société très bien designé; un jeu complet en soi qui partage quelques règles (pas tant que ça) avec ses prédécesseurs", se mérite beaucoup d'éloges. Pour l'avoir vu sur une table lors de la dernière rencontre de l'Île-Bizard, je dois dire que le jeu est vraiment très beau. Les principales critiques de Naturelich concernent le côté un peu fastidieux de la mise-en-place, où des jetons marchandises doivent être posé sur plusieurs villes du plateau. Ces marchandises, qui peuvent être ramassées par des passagers, semblent d'ailleurs modifier de façon importante le jeu. Un nouveau choix tactique à faire concerne le déplacement de passagers versus la construction de voies. En contrepartie des commentaires de Naturelich, ceux qui ont essayé TtR:Märklin à l'Île-Bizard m'ont parlé d'un jeu passablement différent et le vainqueur m'a avoué ne pas avoir compris pourquoi il avait gagné. Évidemment, il ne s'agit ici que de commentaires préliminaires et il faudra bien que j'y joue moi-même pour vous dire ce que j'en pense. Chose certaine, ce n'est pas la beauté du matériel qui me fera hésiter!

Thurn und Taxis
Thurn und Taxis
Naturelich revient finalement à la charge en présentant ses premières impressions sur Thurn und Taxis (bgg), le nouveau jeu de Seyfarth & Seyfarth. Ce nom rappelle immédiatement Puerto Rico, auquel on est tenté de comparer ce nouvel opus. Et bien, Thurn und Taxis semble beaucoup plus léger que le jeu chouchou de boardgamegeek. Reste qu'il partage avec ce dernier un mécanisme de sélection de rôle. Les joueurs tentent de créer un réseau trans-national de distribution du courrier à travers la gestion d'une main de carte qui, selon l'auteur Marcel-André Cassassola Merkle, n'est pas sans rappeler Les Aventuriers du Rail ou China / Web of Power. Il n'en reste pas moins qu'il a bien plu à Naturelich, se méritant même le commentaire suivant: "C'est simplement mon instinct, mais Thurn und Taxis me semble être un candidat à surveiller pour le Spiel des Jahres 2006." Décidément sur ma liste de jeux à essayer d'urgence.

Mise-à-jour: Rody a maintenant mis en-linge les règles complètes de Thurn und Taxis!

(Source: Jeux2Rody, Naturelich Games)

12 mars 2006

Comment les dragons sont devenus nocturnes...

Vous vous êtes peut-être déjà posés cette question : mais d'où vient l'appellation « Dragons Nocturnes »? Et bien je vais tenter d'y répondre de mémoire car à l'époque, jamais je n'aurais cru que cette appellation serait aujourd'hui un terme utilisé pour regrouper en quelque sorte un grand groupe de joueurs, joueuses à travers l'utilisation d'un forum basé sur les jeux de société.

Et bien laissez moi revenir en arrière. J'ai organisé chez moi dans mon sous-sol, pendant 3 années consécutives, de 1998 à 2000, un championnat de Formule Dé. Nous nous retrouvions 1-2 samedis par mois autour de ma table de jeu et 10 coureurs étaient en piste. Chacun avait emprunté un pseudo afin « d'entrer » davantage dans le jeu. On retrouvait « Jean Braye », « Jacques Citévieille », « Bud Weiser », « Paul Position », et je pourrais continuer. Pour ma part, j'avais opté pour « Jack Célère »! Bref, que de bons et beaux souvenirs. Puis, j'ai abandonné l'organisation de ce championnat dans l'optique de continuer à jouer avec le même groupe de joueurs, mais trouver des occasions de jouer à des jeux différents, et non qu'à Formule Dé. Avec les années, ce groupe s'est réduit à environ 5-6 joueurs. Mais presque tous étaient des éditions du Championnat de Formule Dé. Alors vint le désir de nous identifier en terme de groupe et non en terme de pseudo personnel quoi! Je voyais bien sur le web que des regroupements se nommaient, alors pourquoi pas nous? On en riait quoi. Car jamais l'on s'est pris au sérieux dans le processus. Puis, j'harcelais (et oui, je suis un peu « tête dure » quand j'ai une idée en tête!) mes copains à tenter de trouver un nom de groupe et les « tempêtes d'idées » se retrouvaient dans nos petites soirées jeux. Mais sans vraiment trouver un terme, un nom qui plaisait à tous.

Puis arriva l'automne 2002, où notre petit groupe, amateur de plein air et de randonnée pédestre, se dirigea au Mont Mansfield, au Vermont (USA), pour une belle randonnée prometteuse. Nous avions joué la semaine précédente à Elfengold. Petit détail important pour ce qui est du reste.

En faisant notre marche d'approche, je rappelai à mes petits amis qu'il fallait que l'on trouve ce nom de groupe pour nous identifier quoi! Alors, en marchant, une autre tempête d'idées surgit. Et, comme par hasard, le nom du Dragon apparut pour la 1ere fois. On se rappelait du Dragon d'Elfengold la semaine précédente, dragon pouvant emprunter les montagnes sans problème et avec une certaine aisance. Tout un liens avec notre marche, avouez-le, hein? :-)

Puis, l'idée de Nocturne surgit. Et oui, nos soirées jeux se déroulaient en soirée, comme encore aujourd'hui. Alors le terme « Dragon Nocturne » sortit de la bouche de votre humble serviteur. Les Dragons Nocturnes, devais-je corriger. C'était le terme que nous cherchions, le terme qui nous rejoignait tous. Et c'est ainsi que le « pseudo » des Dragons est demeuré entre nous, et qu'il nous fait maintenant plaisir de partager avec tous les joueurs, joueuses du Québec voulant bien s'identifier au Forum mis sur pied par MasterJ et moi-même.

Il y a de ces petites choses que l'on fait par pur plaisir qui nous amène vers de bien belles choses, n'est-ce pas?

..Yves alias Le Gourou

08 mars 2006

Calendrier ludique québécois


À une certaine époque, un calendrier ludique des événements québécois était disponible sur le défunt Ludik... Il y a aussi une fonctionnalité semblable sur notre forum mais je crois que peu de gens l'utilise ou la consulte.

J'ai donc décidé d'allonger un peu la colonne de droite pour présenter les quelques événements qui s'en viennent. En plus, je me propose de faire une petite page web simple pour chaque événement qui n'en a pas encore. Je pense en particulier à Laval, à l'Île-Bizard, aux rencontres de Guy, ou aux rencontres mensuelles de Granby. Le but de ces petites pages est de présenter la personne qui organise l'événement, les formalités, les thèmes, etc.

Je n'ai pas les dates ou les informations de tous les événements. (Quand aura lieu la prochaine rencontre mensuelle de Granby?) Alors ne vous gênez pas pour me contacter et m'informer des détails. De plus, si vous tenez un événement public, n'importe où au Québec, il me fera un plaisir de l'annoncer ici et de lui fournir une petite page web.

En terminant, je vous rappelle que la date limite du 15 mars approche, alors dépêchez-vous de vous inscrire à la rencontre ludo plein-air!

06 mars 2006

Le faire en public...


Hier, Pierre et moi avons décidé de prendre trois ou quatre boîtes, de trouver un petit café, et de jouer quelques parties. L'objectif avoué, en plus de se divertir, était d'attirer le regard et, peut-être, l'intérêt des curieux.

Malheureusement, ce dimanche avait des allures d'une première journée de printemps. À Montréal, cette journée se remarque généralement au flot incessant des passants qui arpentent les rues du centre-ville, pressés de remplir leurs poumons d'air frais après les longs mois d'hiver passés à l'intérieur. Ce faux-printemps étant d'un naturel frisquet, les marcheurs finissent tôt ou tard par chercher un petit café pour s'y réchauffer quelques instants. Conséquence: tous les endroits que nous avons visités étaient bondés, au point ou on n'arrivait même pas à trouver une petite table pour déplier nos plateaux.

Après plusieurs soupirs d'exaspération, et plus d'une heure à déambuler le long de Laurier ou St-Denis, nous avons finalement opté pour un petit café-restaurant que je savais abriter parfois des joueurs d'Échecs ou de Magic. Notre petite expérience a donc plus ou moins échoué, les quelques rares adeptes de l'endroit étant peu sensible au charme des pièces originales de nos jeux. On a eu droit à un "Regarde! C'est Abalone!", mais c'est à peu près tout. Tant pis, il va falloir remettre ça!

On a quand même joué à quelques jeux abstraits que j'ai trop rarement la chance de pratiquer. Voici mes commentaires sur nos parties.

Terrace
J'ai découvert ce jeu la veille, chez Paul, à 4 joueurs. Comme la plupart des jeux abstraits, celui-ci n'est pas à son meilleur dans sa version multi-joueur. Le dimanche matin j'y ai joué avec Pierre. La partie s'est avérée beaucoup plus stratégique, et le jeu beaucoup plus subtil. Le positionnement est important, et on peut améliorer sa position en occupant les terraces plus élevées. En même temps, il est possible de lire un ou deux coups d'avance étant donnée la relative simplicité du mouvement des pièces. La possibilité, parfois avantageuse, de cannibaliser ses propres pièces ajoute elle aussi au caractère assez innovant de Terrace. C'est vraiment un très bon jeu que j'aimerais bien me procurer. Si seulement j'arrivais à le trouver...

Siam
Le jeu que je me suis procuré pour l'occasion. Le matériel est tout bonnement somptueux, avec ces petits éléphants et rhinocéros sculptés dans du bois clair ou foncé qui tentent de pousser d'élégantes montagnes de bois hors du plateau. Le jeu est à la hauteur du matériel et, malgré que les parties soient très rapides, elles sont très intenses et très prenantes. Les règles de poussée peuvent sembler complexes a priori mais elles s'avèrent finalement assez simple et on les assimile en moins de 5 minutes. Contrairement à Abalone, le jeu semble favoriser un peu plus la confrontation et on se retrouve rapidement à essayer de prévoir les coups de son adversaire.

Zertz
Un autre jeu que j'adore mais auquel je ne joue pratiquement jamais. Son mécanisme de prise forcée en fait un jeu de gambits incessants où il est très important, et très faisable, de lire quelques coups d'avance. C'est selon moi un jeu à deux niveaux: on risque de passer à côté de la nature même du jeu si on y joue en plaçant simplement des pierres et en attendant une erreur de l'autre ou une situation favorable. Celui-ci devient réellement intéressant quand on essaie de créer des configurations qui donnent une ou deux pierres à l'adversaire mais qui nous en fournit une qu'on attendait, ou qui nous place dans une situation avantageuse.

Abalone
Je ne suis pas un fan d'Abalone, mais force est de constater que ces jolies boules qui se poussent produisent leur effet. Mon principal reproche est que ce jeu favorise la passivité. On essaie de déplacer son troupeau de bille sans trop en détacher. Quand un des joueurs réussit à briser le groupe, ça déboule généralement mais la poursuite qui s'installe fait que la partie dure plus longtemps qu'elle ne le devrait. J'ai parfois l'impression que j'aurais avantage à faire du sur-place en attendant que mon adversaire me rejoigne. Bon, il faudrait que j'y joue plus pour préciser mon avis, alors prenez le avec un grain de sel.

Rumis
Comme on souhaitait accrocher les regards, Rumis nous est apparu comme une valeur sure. Nous avons joué avec une couleur chacun et je crois que préfère le jeu lorsque chaque joueur prend 2 couleurs et peut tenter d'utiliser l'une pour créer des territoires à l'autre. Évidemment, c'est un très bon jeu et j'ai toujours plaisir à y rejouer.

03 mars 2006

Les Siths Caylusiens


Après les Jedi de Puerto Rico, Gorthyn nous propose de découvrir la pittoresque race des Sith Caylusiens! Il raconte l'anectode d'une partie de Caylus qu'il a jouée en-ligne sur le site Brettspielwelt (BSW pour les intimes). La mécanique de confrontation la plus claire dans ce jeu, le déplacement du prévôt, a créé toute une commotion dans dans la partie qu'il relate. Ce n'est pas que le pauvre Gorthyn ait coupé l'herbe sous le pied d'un joueur en reculant le prévôt. Non, il l'a simplement laissé en place contrairement à ce qu'un des joueurs avait prévu.

Quoi? Il n'a pas joué le coup que le Sith avait prévu? Mais c'est immonde!

J'ai moi-même rencontré un tel Sith lors d'une de mes visites sur BSW. Je me joins à la salle et m'apprête à m'installer à table en disant que c'est une de mes premières partie en-ligne et que je ne connais pas encore toute les subtilités de l'interface ou du jeu. On me demande alors de quitter. Ouais, quoi, c'est sérieux Caylus, on n'a pas besoin de quelqu'un qui ne jouerait pas de façon optimale. Je lui aurais bien envoyé un octaèdre maléfique par la tête à celui-là!

Bref, je crois qu'il faut bien comprendre que le terme Jedi de Puerto Rico est une classe très large, qui ne se limite pas aux seuls jeux cultes que sont Puerto Rico ou Caylus. En fait, tous les jeux à plus de 2 joueurs y sont sujets. C'est pour ça qu'on ne verra jamais des sports ou des jeux très compétitifs à plus de deux équipes. Imaginez du hockey à 3 équipes: les deux plus faibles s'entendraient probablement pour commencer par anéantir la troisième et s'affronter l'une l'autre par la suite... Voilà peut-être un autre élément à ajouter à ceux que Faidutti a déjà identifiés pour distinguer un sport d'un jeu.

Hé, messieurs les Siths, Jedi et autres midi-chlorianés, n'oubliez pas que dans jeu de société on trouve le mot jeu! Si vous cherchez un sport de l'esprit, vous pouvez toujours essayer le squash spirituel qui consiste à vous frapper la tête sur un mur et à recommencer. Bonne partie! :)

02 mars 2006

L'octaèdre maléfique...


"Non, Faramir, cache toi là", chuchote Conan au magicien, en pointant les restes d'une colonne gisant sur le sol, "Je vais distraire le dragon." À tâton le barbare s'avance en prenant bien soin de ne pas faire tinter les pièces d'or qui jonchent le sol. Il scrute attentivement l'énorme bête assoupie. Il aperçoit soudain ce qu'il cherchait: une petite fente entre deux écailles sur l'abdomen du monstre. Prenant son épée à deux mains, il s'apprête à l'enfoncer dans la chaire tendre.

On entend alors un bruit sourd, très doux... Brelin, brelin, brelin... Inquiet, Conan lance un regard au magicien dont le haussement d'épaule indique qu'il n'y est pour rien. Soudain le bruit se transforme en fracas: BRRRAAAANG! Instinctivement les héros se recroquevillent et se cachent la tête avec les mains...

Lorsque le bruit cesse enfin, Faramir se relève et regarde autour de lui. Catastrophe! Conan a été happé par un gigantesque monolithe bleu, dont chacune des face est marquée d'un symbole étrange. "Ce sont des nombres!", bredouille Faramir, "Malheur! C'est l'octaèdre maléfique..."

Voilà un fait divers récurrent... Chaque soir, sur des dizaines de tablées de World of Warcraft, des aventuriers compétents meurent, emportés par ces octaèdres tombés de nulle part. C'est que la table de la salle-à-manger est déjà trop petite pour l'énorme plateau, les petites fiches individuelles, les cartes de pouvoir, la banque, la réserve de figurines... Quand vient le temps de lancer les dés chaque aventurier y va d'une petite prière à son dieu respectif, question d'apaiser sa haine et son désir d'écrabouiller les mortels avec des octaèdres.

Et bien, révolution dans l'Olympe, les dieux bricoleurs peuvent maintenant se fabriquer une jolie petite table permettant de lancer les octaèdres au dessus des têtes de nos vaillants héros. Cette idée, et les quelques étapes simples permettant de la réaliser, nous vient de Luc, dont j'ai déjà parlé sur ce blog. Bon bricolage!

01 mars 2006

Sites de vente en-ligne: un observatoire


François Haffner s'est proposé d'observer les différents sites français de vente en-ligne de jeux et de constater s'ils se conformaient ou non aux différentes normes en vigueur pour ce genre de boutique. Bien que ces normes ne soient pas les même en France qu'au Canada, le résultat est fort instructif, même de notre côté de l'Atlantique! Il apparaît en effet que, sur 59 boutiques visitées, seulement 7 obtiennent un sans-faute. Les autres font toutes preuve, a des degrés divers, d'un certain nombre de manquements.

Si l'exercice est intéressant pour nous, les consommateurs, il l'est aussi pour les boutiques en-ligne. En effet, M. Haffner a contacté les différentes boutiques pour les aviser des problèmes constatés. Deux nouveaux passages seront effectués sur les sites webs, dans des intervalles de 15 jours, et la liste des boutiques de confiance sera ajustée en fonction des correctifs qui auront été apportés.

Je serais ravi de pouvoir consulter une telle liste de boutiques canadiennes, et je serais même prêt à contribuer un peu de mon temps pour effeuiller les sites webs. Malheureusement, je n'ai pas les compétences nécessaires pour faire comme M. Haffner et identifier les éléments clés de la légistlation québécoise ou canadienne à vérifier sur ces sites. Si l'un d'entre-vous s'y connaît un peu plus, je l'invite à nous proposer une grille d'analyse objective.