Jean Vaucher

Années formatives


Québec, 1945
Bien que né à Québec en 1942, j'ai passé la majorité de mes années formatives en dehors de la province. Mon père qui était dans la GRC, a été chargé de la sécurité de l'embassade canadienne à Paris juste après la guerre. Nous avons donc passé 7 ans en France où j'ai fait mes études primaires et une année de lycée. De retour au pays, nous avons d'abord habité à Toronto, puis à Ottawa où j'ai étudié à l'Université d'Ottawa recevant un Bacc en génie électrique en 1962.

France, 1950

Une bourse Athlone m'a amené à faire une maîtrise puis un doctorat à Manchester en Angleterre. Bien que mon sujet était la microélectronique (Usinage avec des faisceaux d'électrons), j'ai pu côtoyer des pionniers de l'informatique comme Fred Williams (Williams tube), Tom Kilburn (Mémoire virtuelle), et Brooker et Morris (Compilateurs de compilateurs). En 1968, doctorat en main, je suis revenu au Québec attiré par la réputation de Montréal et le fourmillement d'idées de la Révolution Tranquille.


Manchester, 1965

A Montréal, j'ai d'abord travaillé pour IBM comme "systems engineer", membre de l'équipe affectée à Air Canada. Ceci m'a introduit au domaines des applications - me donnant des idées de TP pour des années à venir. Les affaires marchaient bien et, en 1970, notre équipe a été une des plus productives au Canada. Étant payé en partie à commissions, je me suis trouvé assez riche pour quitter IBM et je pensais voyager.... mais il n'en fut rien.

Le DIRO

Claude Lemelin, un ami qui travaillait au Devoir avait fait une entrevue avec un vice-recteur de l'UdeM et il m'apprît qu'il y avait là un Département d'informatique fort dynamique. Peu après, j'ai visité l'Université et Pierre Robert m'a invité à donner un cours de simulation. Ce cours était donné le soir dans le cadre d'un certificat conjoint avec Polytechique. Les étudiants étaient en grande partie les professeurs des nouveaux CEGEPs qui enseignaient le jour ce qu'on leur avait montré la nuit. Même avant d'être nommé professeur, Pierre Robert m'avait fourni un bureau et donné accès aux machines. J'ai fait connaissance avec les coopérants français, Trilling, Verjus et Colmerauer, et j'ai audité leurs cours afin de m'initier à des sujets comme la compilation et la linguistique.

Il faut se souvenir qu'à l'époque, l'informatique était une discipline en émergence; qu'aucun d'entre nous n'avait suivi un BSc en informatique: ça n'existait pas encore. Tous nos cours devaient être créé à partir de zéro. Nous suivions les cours les uns des autres et nous nous les échangions afin de mieux comprendre et de structurer la matière. .

Au départ, mon expérience en génie électrique m'a mené à mettre sur pied un laboratoire de matériel en collaboration avec Syed Hyder et Paul Bratley qui voulait contrôler des trains électriques en temps réel. Pour ce labo, j'ai engagé Michel Jacques, le premier technicien du DIRO. Comme il y avait une grève des employés de soutien: j'ai du interviewé les candidats dans mon appartement sur la rue Pratt. Christian Rey, un coopérant qui avait terminé une maîtrise à Illinois vint s'ajouter au labo et il aida Syed Hyder à mettre au point son système d'impression de la langue arabe. C'est dans ce labo que Gilles Brassard a programmé un système de fichier pour un mini-ordinateur pour sa maîtrise avant d'aller découvrir la cryptographie et l'algorithmique à Cornell.


Zaire, 1973

Gabon, 1989

Les professeurs du DIRO étaient parfois sollicités pour diverses missions en pays du tiers monde. C'est comme ça que je me suis retrouvé un mois au Zaïre en 1973 pour aider le traitement des données du recencement national. Plus tard, j'ai aussi été à Cuba, au Mexique et au Gabon.

Mon intéret pour la simulation me ferait découvrir Simula, un langage conçu en Norvège pour la description de systèmes. Ce langage a été le premier à utiliser la notion de classes et d'objets. J'ai donc délaissé le matériel pour travailler sur la méthodologie de programmation et les algorithmes de simulation. Un premier résultat a été GPSSS, un ensemble de classes Simula qui avait la même fonctionalité que GPSS, un langage d'IBM spécifiquement conçu pour la simulation. GPSSS a probablement été le premier framework orienté-objet à avoir été écrit au monde (à part les classes standard de Simula) et son existence démontra la puissance du paradigme objet dans un contexte où le GOTO était roi et les packages étaient limités à des ensembles de sous-routines.


Directeur (1981-1983)

De part mon travail avec Simula, je suis devenu ami avec Kristen Nygaard, un des inventeurs de Simula. L'héritage entre les classes m'a amené à proposer le même mécanisme entre méthodes. Nygaard avait la même idée et le résultat fut le concept de patterns (unifiant classes et méthodes) dans le langage Béta.

J'ai aussi travaillé à améliorer l'efficacité des algorithmes d'ordonnancement. Durant cette période, j'ai eu le plaisir de diriger le doctorat de Guy Lapalme qui est resté faire carrière au DIRO et celui de David Davey, un australien qui est resté au Québec. Pendant quelques années notre algorithme de simulation basé sur des listes indexées fut le plus rapide connu.

Essayant d'anticiper la prochaine révolution informatique, je me suis ensuite intéressé à l'intelligence artificielle et plus particulièrement à la programmation logique en Prolog, le langage inventé par un des premiers professeur du Diro, Alain Colmerauer. Au début des années 1980, avec plusieurs collègues, nous avons créé le laboratoire Incognito (informatique Cognitive) qui s'est depuis converti au traitement de la langue naturelle pour devenir le RALI. La photo d'un jeune garçon au cerceau qui a longtemps orné la porte du Laboratoire date de cette période. C'est une photo de mon père qui a été une des premières digitalisée au département avec un Imagewriter de Apple converti en scanner. Nos travaux durant cette période ont porté sur des prototypes combinant logique, objets et parallelisme.

Une application pratique de ces idées fut faite avec Gregor Bochmann dans le projet MMS subventionné par IBM Toronto. MMS était une norme logicielle pour l'interconnexion de toutes les machines et appareils d'une usine automatisée. Les outils Prolog que nous avons développés ont pu générer automatiquement des programmes de tests de toutes les (2000) fonctions du package à partir des définitions de l'interface. Plus récemment, j'ai travaillé sur les systèmes agents et les applications distribuées.

Dans un autre registre, mon dernier été à l'université a été passé à préparer l'exposition célébrant les 40e anniversaire du DIRO ainsi que le site WEB que vous êtes en train de consulter.


En famille

Mais une vie sans famille n'est pas une vie. Mon parcours a d'abord été accompagné et encouragé par ma femme Claudia puis ensuite par nos deux fils, Stéphane et Philippe. J'ai même eu la chance de voir Stéphane passer au Diro, de lui enseigner quelques cours au BSc et de le voir revenir faire sa maîtrise avec un collègue.

Il est temps de tirer ma révérence !

Jean Vaucher
Mont-Royal, 2007.