Lettres

1856 - Rome
Lettre du Pasteur Jean-Louis "John" Vaucher (mon arrière/ arrière/grand'père) à son frère Henri - un autre pasteur. John né en 1804 aurait 52 ans. Il a 2 fils avec lui: James (26) et Charles (22) qui est malade et ne survivra pas l'année. Il parle de Louis, son autre frère Louis, professeur agrégé à l'Académie (U. Genève).


Rome 26 mars 1856

Mon cher frère,

Enfin j'ai quelques moments de liberté. J'ai fini (des) tâches que je m'étais imposé en arrivant à Rome, mes prédications et ma visite des institutions de bienfaisances qui ne me laissaient guère un seul instant de répit car il fallait suivre en même temps toutes les cérémonies religieuses qui se multiplient aux approches des Paques. Je tenais à voir le plus possible et à me rendre compte de l'impression produite sur la population même de Rome. En sorte, j'étais presqu'entièrement absorbé par ce travail et un peu pour l'état de Charles(1) qui est mieux, je le crois, mais qui a fait peu de progrès parce que le temps ne nous a pas favorisé. Depuis hier je suis un peu déprimé et j'en profite pour t'écrire qqs lignes. Il y a des gens qui trouveront que tout cet étalage des pompes romaines a quelques chose de majestueux et de solennel. Pour moi j'ai éprouvé un sentiment tout autre. Il me semblait assister à une représentation théatrale, à une .... d'opéra. Tant que je me contentais de regarder d'un peu loin, l'effet étais magique; ces magnifiques décorations, ces colonades, ces longues files de prélats, ces chants, ces uniformes, ces coups de canon, ce beau ciel qui nous qqf souri, ces illuminations, ces feus d'artifices... tout cet étalage de vanités ... dont l'aspect variait à chaque instant fascinait mes yeux, mais dès que je m'approchais et que je pouvais voir tous ces conducteurs temporels et spirituels, tous ces princes de l'Eglise et de l'état uniquement occupés de l'effet matériel produit par leurs mîtres, leurs croun..., leurs robes, leurs cierges. Il me semblait pitoyable de réduire ces hommes à un rôle aussi futile. ... leurs cheveux blanchis par les années, leur expérience, leurs talents, leurs vertus.... tout ce qui peut les rendre un peu honorable, tout ce qui devrait leur permettre d'exercer une influence religieuse et morale.. tout se réduisant à porter un habit plus splendide que celui des autres, un bonnet plus ou moins pointu, une ... et des bas ...! Et ce qui me paraissait bien plus accablant c'est que toutes ces ...tations, tout cet étalage ne produit presque plus d'effet sur les Romains. Ils sont las de ces pompes, ils n'y viennent que pour savoir si le pape bénira la ville et l'univers avec plus de grace que son prédecesseur, si l'illumination réussira mieux ou moins bien que la dernière fois. C'est donc pour les étrangers que la parade a lieu et il y a bien peu qui la prennent au sérieux. Il faut entendre les réflexions des français et des françaises. qq. catholiques qu'ils soient, ils oublient vite qu'ils sont en dévotion et se conduisent a peu prés comme s'ils étaient à l'opéra. Quand aux anglais et autres protestants qui forment un partie trés considérable de l'assistance, l'impression n'est pas plus religieuse.

Pour moi j'en ai bientot par dessus les yeux et les oreilles. Je me trouvais comme à l'opéra, mais dans ces loges d'avant scène ou on perd toutes illusions, à ce qu'on dit car jamais je n'y ai mis les pieds et je suis bien content que ce soit fini. Je commence à sortir de Rome. Je suis allé jusqu'au Mont-Sacré. J'ai laissé la Villa Patrizi, Forlonia et autres pour arriver plus vite dans l'agr??? et puis avons nous jeté un coup d'oeil dans la salle des dépendances de l'Eglise Ste. Agnes ou le St. Père manqua de périr il y a qqs années, avec bon nombre de cardinaux et d'élèves d'une institution religieuse. Nous avons vu la porte qui céda, l'endroit ou elle était enchainée dans le mur, les tonneaux et l'armoire qui amortirent la chte de cette nombreuse assemblée. Il y a encore une espèce de poussière sur cette armoire et on voit très bien comment elle soutint le choc en la rendant plus doux pour sa Sainteté et ses compagnons d'infortune. On a crié au miracle, mais on n'a pas encore tiré tout le parti possible de cet événement.

Pius IX

On commence seulement à réparer qqs parties du batiment, bientot je pense on ira au pélerinage à cet endroit, on déblayera la cave et on montrera l'endroit ou le St. Père a laissé la marque de ses pieds dans le sol. De la au Pont Nomentano ou Lamentano, il n'y a qu'un ... et nous avons pu nous (arrivé/assoir ?) sur le Mont Sacré. C'est la première fois que je me trouvais en rase campagne depuis que ns sommes entrés à Rome. je me sentais plus à mon aise que dans cet amas de maisons et de ruines qu'on admire tant. Je regardais couler l'Arno sous ces vieilles tours dont le moyen age a orné le pont de Narsis et ces vastes solitudes qui s'étendent à perte de vue. J'aurais voulu reser là des heures, mais je n'avais que qqs minutes car c'était Me Martin qui m'avait ... pour faire une promenade avec elle et je ne pouvais pas abuser de sa complaisance.

Nous ne pouvons pas encore mener Charles aussi loin. Nous sommes obligés James et moi de rester avec lui et de mesurer nos escapades à ses forces. Sans être mécontent de son état, nous ne trouvons pas qu'il fasse des progrès bien rapides. Tu dois comprendre quelle écharde dans notre chair et quelle torture empoisonne toutes les jouissances que nous pourrions avoir. Mais il ne faut pas se décourager. Les nuits sont meilleures depuis deux ou trois jours, les accès de toux moins fatiguants, Peut-être sommes nous à la veille d'une amélioration qui nous rendrait bien heureux, mais depuis longtemps je n'ose plus attendre que des épreuves et j'éprouve le besoin de me préparer à tout. C'est sous le poids de ces idées tristes que j'ai fait le tour de la Villa Pamphile, la seule qui soit ouverte maintenant. Comme vous la connaissez les uns et les autres, je vous en épargne la description. J'ai tout approuvé, même ces longues avenues de chênes verts, ces jardins un peu prétentieux. Il n'y a que ces étangs en forme de ..., ce jet d'eau et ce passsage sous la cascade qui m'ont paru pitoyables. Rien ne serait plus facile que de tirer un meilleur parti de ces eauxet je m'en chargerais volontiers si le prince Doria le voulait bien, mais je ne crois pas qu'il y pense.

Les Martins sont charmants pour nous, plein de prévenances et de bonté. Tout ce qu'on peut faire pour nous faciliter les choses et nous rendre le séjour de Rome agréable, ils le font avec une amabilité parfaite. Je ne sais trop ce que nous serions devenus sans eux et c'est vous qui nous valu ce bon accueil. Madame Fiorini a été aussi fort aimable, mais nos relations avec elle ne peuvent pas s'établir sur le même pied qu'avec vous. M. Louis (Pélijot) fait aussi tout ce qu'il peut, mais il n'a pas beaucoup de temps à lui. Quelques heures le dimanche, qqs minutes les jours de semaine - il nous donne presque tout son temps et nous jouissons vraiment de sa compagnie. Nous apprenons par lui beaucoup de choses que sans lui nous aurions complètement ignoré.

J'écrirai bientôt à Louis - en attendant dis lui que nous parlons souvent de Courtenod et de ses habitants, comme de ceux de Bossay que nous languissons bcp de vous voir tous - Adieu cher frère des amitiés à tout le monde


Repertoires

Notes:

Charles Vaucher (1834-1856) fils de John Vaucher et Anne Mouchon,
frère de (notre) James et Louis.

Pius IX (1846-1878)  32 years
-----------------------------
In 1848 the first riots broke out in Rome. The pope had to flee to
Gaeta and a republic was proclaimed in Rome. But the French,
Austrians and Bourbons reconquered it and returned it to the pope. In
1870 the Italian troops entered Rome. Pius closed himself within the
Vatican walls refusing all contacts with the new kingdom of Italy. So
the temporal power of the popes came to an end.

St. Agnes Church
----------------
It is one of the most important cemetery basilicas in Rome built on
the catacombs of St Agnes to honor the young martyr. It was probably
built by the daughter of emperor Constantine, Constantia, in the
middle of the 4th century, on her estate next to the tomb of St Agnes
(304 A.D.). Next to it, Constantia built the mausoleum in which she
and her sister Helena were buried.

A hall beside the entrance is decorated with the painting celebrating
the collapse of the floor of the room above, which took place here
during the visit of Pius IX on April 12, 1855, which didn't harm pope
in any way.

Ref:  http://www.italycyberguide.com/Geography/cities/rome2000/C7.htm

Villa Doria Pamphili

The estate was laid out by Prince Camilo Pamphili after 1650. Today, the Casino del Pelresparo is at the centre of a large Serpentine Style Park. Since 1965 it has been Rome's largest public park with a fine hilltop site.