Henri Louis Pernod

(Henri Louis Perrenod)

  • Роден на 1 март 1776 - Le Locle, NE, Suisse
  • Кръстен на 7 март 1776 - Le Locle, NE, Suisse
  • Починал на 8 декември 1851 - PONTARLIER, Doubs, Franche Comté, France , на възраст 75 години
  • Bouilleur de Cru

Бракове



Бележки

Né 01.03.1776 au Locle, † 08.12.1851 à Pontarlier,
- Bouilleur de cru, fabricant d'absinthe à Couvet et Pontarlier; * X 1) Julie Ducommun (+ 1806), fille de Moÿse; * X 2) 25.05.1807 Emilie Dubied, * 20.09.1781, + 24.11.1867,

fille du major et justicier Daniel-Henri Dubied (1758-1841), négociant en dentelles et distillateur à Couvet, et de Rose-Marguerite Duval (1755-1821)

Après le décès de sa femme, il épouse en secondes noces, la fille du major et justicier Daniel Henri DUBIED, négiciant en dentelles et aussi distillateur à Couvet. Il obtient le 8 février 1843 pour lui et ses enfants l'agrégation à la commune de Couvet sous le nom de PERNOD. D'abord établi à Couvet comme dessinateur et maître de dessin, il travaille dès 1797-1798 comme ouvrier distillateur dans l'entreprise "DUBIED père & fils" de son futur beau-père Daniel Henri DUBIED et de son futur beau-frère Marcelin DUBIED, avant de créer sa propre maison à Couvet et, en 1805, à Pontarlier, connue sous la raison sociale "PERNOD fils"

Voir l'adresse : http://www.admdp.com/web/index_f.htm

Absinthe, la Fée verte du Val-de-Travers

Son histoire remonte à la fin du XVIIIème siècle quand deux soeurs, les demoiselles Henriod, vendent à Couvet (Suisse) un élixir d?absinthe de leur composition.

La formule comporte quatre plantes, absinthe, anis vert, fenouil et hysope, infusées dans de l?eau-de-vie de vin. Sa consommation est alors recommandée par le docteur Ordinaire, un médecin français réfugié après la Révolution française,en Suisse, à Couvet.

Afin de donner à la liqueur l'essor industriel qu'elle mérite, les deux soeurs cèdent leur formule au major Daniel-Henri Dubied, négociant en dentelles, qui fonde, en 1798, une distillerie à Couvet sous la raison sociale Dubied père et fils.

Ignorant tout du métier de la distillation, il s'adjoint les compétences de Henri-Louis Perrenod (1776-1851, fils d'Abram-Louis Perrenoud dont le nom se transformera en Perrenod).

1805, création de Pernod Fils

Souhaitant étendre son activité en France et pour éviter les droits de douane, Henri-Louis installe, en 1804, une distillerie à Pontarlier (Doubs) sous le nom de Perrenod fils qui devient Pernod Fils en 1805. Marié une première fois en 1797, Henri-Louis Perrenod, devenu veuf, se remarie en 1807 avec Emilie Dubied, la fille du major. De sa première union naîtra Edouard Pernod, à l'origine des branches Gempp-Pernod et Legler-Pernod en plus de la distillerie de Couvet confiée par son père en 1829. Son fils Louis, né de son deuxième mariage, le seconde à celle de Pontarlier. Les territoires sont bien délimités: Edouard 1 exporte aux Amériques quand Henri-Louis vend en France et dans les colonies particulièrement depuis que l'armée française, partie conquérir l'Algérie, emporta dans ses bagages les bouteilles Pernod Fils. A la mort de Henri-Louis Pernod, le 8 décembre 1851, quatre ans après son fils Louis, Emilie reprend l'affaire, aidée de ses deux petits-fils, Fritz et Louis Alfred qui font faire de la distillerie l'une des premières de France avec une production de 25 000 litres d'absinthe (à 72°) par jour en 1896 contre 16 litres en 1805. La société se singularise par la création, en 1873, d'un fond de retraite alimenté par une participation aux bénéfices de l'entreprise et par la création d'un système d'assurance contre les accidents et la maladie.
Fritz, décédé en 1880, Louis Alfred reste seul aux commandes, soutenu par la banque Veil-Picard de Besançon à qui il cède la société en 1888. Avec ce nouvel actionnaire, la société affiche une grande prospérité au point de devenir, au début du XXème siècle l'une des premières marques d'apéritifs du monde. La création de dépôts régionaux dans plusieurs villes de France permet une diffusion plus large sur tout le territoire. SNG ID: I556
Source: Olivier Grandjean-Perrenoud, SNG, http://www.geneolink.net/