Jean Jacques Bovet

Число на Соса: 1
Co-Fondateur, Fabrique de Boudry
(Jean Jacques François Bovet)

  • Роден на 5 май 1728
  • Починал през 1793 - Areuse, 2015, NE, Suisse , на възраст 65 години
  • Associé de Pourtalès, co-fondateur de la fabrique d'indiennes de Boudry

Родители

Бракове и деца

Предци

Claude Bovet †1719   Jeanne Vaucher 1658   Joseph Vaucher 1655-1695   Jeanne Vaucher 1661
|   |   |   |



 


|   |
Jean Jaques Bovet 1689-1757   Jeanne Marie Vaucher 1695-1761
|   |



|
Jean Jacques Bovet , Co-Fondateur, Fabrique de Boudry 1728-1793

  Братя и сестри



Бележки

Voir aussi site de de Philippe Coste

Jean Jacques fut le premier à quitter la maison paternelle, homme solide, il avait de l'énergie à revendre et inspirait le respect et même la crainte. Il s'engagea au Bied chez MM. Jean-Jacques et Claude Abraham Du PASQUIER, comme coloriste. Puis il épousa à Cortaillod Catherine Elisabeth BOVET de Faoug ( branche ne faisant pas partie des BOVET de Fleurier). Il y vit naître tous ses enfants et succomber sa femme. Au hameau d'Areuse, la maison d'un certain Fritz BARBIER étant à vendre, Jean Jacques BOVET l'acheta en 1779 mais ne vint l'habiter que plus tard (après 1782) pour y abriter son veuvage. Comme elle lui semblait trop modeste, il acheta encore à Jacques Louis POURTALES, sa maison de campagne toute voisine construite dans le style français du XVIIIème siècle par Abraham BARBIER - de CHAMBRIER. Constatant alors que l'indiennage prenait un nouvel essor, il fit entrer son fils, Claude Jean Jacques pour lequel il nourissait une vive affection. Il acheta la fabrique de Vauvilliers à Boudry. (Notons pour l'histoire, qu'en 1742, Jean Baptiste MARAT, le père du tribun révolutionnaire, y avait trouvé un emploi de chimiste et de dessinateur !) Claude Jean Jacques s'avéra très capable mais se montrait impérieux, même despotique à l'égard de ses frères et soeurs. En 1788, son père se retira des affaires et lui donna pour associés son jeune frère Louis et son beau-frère, David ROBERT. Exploitée sous la raison sociale BOVET, ROBERT et Cie, la manufacture travaillait à façon, de même que celle de Cortaillod, pour POURTALES & Cie. Lorsque cette société fut dissoute, la société fut reprise, pour Cortaillod, par VAUCHER & Du PASQUIER et pour Boudry, par la société BOVET et ROBERT se composant de Jean Jacques François BOVET, père, de ses deux fils : Jean Jacques et Louis et de ses deux gendres : David et Daniel ROBERT. Elle subsita jusqu'en 1805. A Trieste, elle entretenait un entrepôt général pour l'Italie, l'Autriche et en partie pour l'Allemagne.
Daniel ROBERT, époux de Rose BOVET-BOVET, dirigea l'entrepôt de Trieste pendant plusieurs années; charmant jeune homme, capable mais taciturne et à qui la chance ne souriait guère ! Il s'établit en 1798 à Neuchâtel dans une maison cèdée par la ville, faubourg de l'Hôpital, 23. Il ouvrit un vaste comptoir, trop important peut-être, car il y perdit une partie de sa fortune. Jean Jacques au contraire, menait sa fabrique tambour battant! Comme son père, il possédait une energie peu commune. De caractère excessif et capricieux, il était joueur et dépensier à l'instar de ses cotemporains. Aucune décision n'était prise dans la famille BOVET sans l'assentiment de Jean Jacques. Il épouse Marie PARIS, de Peseux, une jeune fille aussi modeste, douce et pieuse que son époux était rude et voltairien. Elle priait pour son mari en silence et eut finalement une grande influence sur lui.

Autre bio

Jean-Jacques II (Jean-Jacques est son pére) est l´initiateur de l´indiennnage dans la famille et, partant, de sa fortune. Quittant Fleurier, il commence sa carrière comme coloriste dans la fabrique de toiles peintes du Bied à Colombier. En 1750, à 22 ans, il s´associe à son patron Claude Abram Du Pasquier sous la raison Du Pasquier, Bovet & Cie et fonde avec lui la Fabrique Neuve à Cortaillod, appelée à devenir l´une des plus importantes d´Europe: en dix ans, la production passe de 5000 à 25´000 pièces (voir "Les Indiennes"). C´est à Cortaillod que Jean-Jacques II épouse, en 1755, Catherine Elisabeth Bovet, de Faoug (VD), avec qui il aura sept enfants: Claude Jean-Jacques I (en 1756), Suzette (1760), Jeanne (1763), Henriette (1765), Henri Louis (1767), Rose (1770) et Françoise (1776). En 1782, Jean-Jacques II acquiert la fabrique de Vauvillers à Boudry (fondée en 1741) à la tête de laquelle il place son aîné Claude Jean-Jacques I. Ayant perdu cette même année son épouse, Jean-Jacques II quitte Cortaillod pour s´installer à Areuse dans une maison qu´il a acquise en 1779. D´abord en son nom propre, la fabrication des indiennes puis leur commercialisation seront assurées par une nouvelle société, Bovet, Robert & Cie composée de Jean-Jacques II, de ses fils Claude Jean-Jacques I et Henri Louis ainsi que de deux de ses gendres, David et Daniel Robert, deux frères ayant épousé respectivement Henriette et Rose. Selon le chroniqueur familial, Jean-Jacques II est un homme "fortement trempé de beaucoup de moyens, surtout de beaucoup d´énergie et de savoir-faire et qui savait se faire respecter et même craindre. Il était aussi très sévère avec ses enfants sauf avec son fils aîné qu´il a beaucoup gâté".
A sa mort en 1793, Jean-Jacques II lègue cent mille Livres de Suisse à chacune de ses filles et fait de ses deux fils héritiers du solde, incluant les immeubles. "L´aîné des fils avait l´astriction de garder ses deux sœurs Suzette et Françoise dans sa maison tant qu'elles ne seraient pas mariées. Les filles avaient aussi le droit de cueillir chacune une corbeille de raisin dans les vignes de leurs frères."

Autre bio

Fondée en 1752 par Claude-Abram DuPasquier et Jean-Jacques Bovet à Cortaillod, la Fabrique-Neuve illustre l'industrie des Indiennes qui sont, au XVIIIe s., l'un des secteurs pilotes de la première révolution industrielle. L'entreprise connaît une prospérité croissante jusqu'à la fin des années 1790, en travaillant à façon pour la société de commerce neuchâteloise dirigée par Jacques Louis Pourtalès, qui lui fournit annuellement pour plus d'un million de livres de toiles blanches et de produits de teinture, puis écoule ses toiles imprimées, principalement en France, en Allemagne et en Italie. La Fabrique-Neuve occupe alors jusqu'à 800 ouvriers, la plupart réunis à Cortaillod même, les autres disséminés dans le Pays de Vaud et le canton de Fribourg (rive sud du lac de Neuchâtel). Ils produisent annuellement 600 000 m2 de toiles, imprimées et peintes à la main. Dans les années 1780-1790, la Fabrique-Neuve est l'une des plus importantes manufactures concentrées d'Europe, toutes branches industrielles confondues. Elle adopte dès 1810 la machine à imprimer au rouleau, mais ses débouchés sont limités par le protectionnisme européen naissant. Elle trouve de nouveaux marchés, de Rio de Janeiro à Calcutta, de New York à Alexandrie, mais les frais de transport et de change mangent ses marges. Le chiffre d'affaires et les effectifs de l'entreprise baissent continuellement jusqu'en 1854, date à laquelle Henri Du Pasquier, dernier descendant du fondateur, liquide l'entreprise.

Voir : http://www.dhs.ch/externe/protect/textes/f/F41647.html
et http://www.editions-chatiere.ch/SMD.C./C.Editions/Indiennes/Indiennes.html SNG ID: I9084



Източници:
- данни за лицето: Jean-Yves Barbier, SNG, http://www.geneolink.net/