James Vaucher

Rédacteur du Journal de Genève

Forældre

Giftermål og børn

Forfædre

Jean Pierre Etienne Vaucher , Professeur et Recteur, Académie de Genève 1763-1841   Sarah de Lom 1773-1827   Philippe Gaspard Mouchon 1766-1843   Jeanne Sara (sally) Bonnet
|   |   |   |



 


|   |
John Vaucher , Archiviste de la Compagnie des pasteurs 1804-1869   Anne-Stéphanie Mouchon 1807-1855
|   |



|
James Vaucher , Rédacteur du Journal de Genève 1830-1889

  Søskende


(lænkede sider)


Noter

Voir la nouvelle page biographique pour James Vaucher

Adresses:
1882- rue Verdaine 13

Transcriptions de 3 documents:
1) nécrologie du Journal de Genève (10 mai 1889)
2) confirmation de son service dans l'armée nordiste
3) nécrologie de la "Semaine judiciaire"



Journal de Genève 10 Mai 1889

Chronique Locale: JAMES VAUCHER

La rédaction du Journal de Genèvevient de faire une perte bien douloureuse. Notre excellent ami et collaborateur James Vaucher est mort mercredi soir [à 59 ans, n.d.r.] après trois mois d'une pénible maladie, courageusement supportée, bien qu'il en connu depuis longtemps toute la gravité.

James Vaucher était né à Genève en 1830, dans une très honorable famille qui avait donné à la République plusieursgénérations d'hommes distingués, littérateurs, théologiens et savants. Som père, le pasteur Vaucher-Mouchon, était connu pour sa grande bienfaisance; l'helléniste Vaucher était son oncle et le célèbre botaniste de ce nom son grand-père. Il devait au premier les convictions religieuses très larges, très tolérantes, très profondes qu'il a conservées jusqu'à la fin, sincères comme elles l'étaient et pures de toute ostentation. Il tenait de son aïeul cet amour des plantes qui faisait de lui l'hôte assidu des concours d'horticulture et le plus zélé des botanistes amateurs.

Il était remarquablement doué, trop bien peut être , car il avait des aptitues pour tout et il en a un peu abusé. Cette gande facilité à assimiler les choses les plus différentes, jointe à un grain d'humeur aventureuse, et à cette défiance excessive de lui-même qui lui persuadait trop facilement qu'il faisait fausse route, lui a valu une existence assez mouvementée. Ses études préliminaires terminées, il partit pour Paris où il entre à l'Ecole centrale comme élève ingénieur. Puis, las des mathématiques et de la vie de Paris, il revint à Genève où il entra à l'auditoire de théologie avec l'intention de suivre la carrière paternelle. C'est en ce temps là qu'il fit partie de la société de Zofingue dont il fut en 1855 le trésorier central et de là aussi datent quelques amitiés qui lui sont restées fidèles. Ses études terminées, des scrupules, non pas des doutes, lui vinrent et il se rendit en Algérie pour y entreprendre des essais de colonisation qui nàboutirent pas. Aussi vers 1861, un peu découragé, il partait pour les Etats-Unis où l'attendait une nouvelle vocation, la plus imprévue de toutes.

Débarquant à New-York en pleine guerre de sécession, temps où les carrières étaient rares sauf celles des armes, il suivit le courant et s'enrôla d'abord comme zouave volontaire, puis dans la cavalerie. Envoyé sur le Potomac, il fit toute la campagne sous les ordres de Mac Clellan, assista à plusieurs batailles et eut l'occasion d'échanger maint coup de sabre avec la fameuse cavalerie légère de Stuart. Il y fit consciencieusement et bravement son devoir, mais il y usa sa santé, surtout vers la fin de la guerre lorsque son escadron àtait employé à surveiller les marécages malsains qui s'étendent entre l'embouchure du fleuve de la baie de Chesapeake.

La guerre terminée, il était adjudant avec grade de sous-lieutenant; mais il fut heureux de rentrer dans la vie civilel Il se voua alors à l'enseignement, quìl a toujours considéré depuis comme sa véritable vocation, se maria et pris une part active à la vie publique de ce peuple pour lequel il éprouvait une sympathie particulière. Il le voyait volontiers par ses beaux côtés et le défendait contre ceus qui l'attaquaient. Cette sympathie pour ses hôtes ne l'empêchait pas de regretter sa patrie. Et comme il avait épousé une Genevoise, il y ramena sa famille en 1878.


NY Times (1875)

C'est peu de temps après son retour, qu'il accepta la proposition qui lui fut faite d'entrer à la rédaction du Journal de Genève. Il fallut pour l'y engager vaincre l'excès de modestie qui le portait toujours à se défier de ses forces; mais une fois la décision prise, il apporta à sa nouvelle profession le zèle conscientieux qui était dans sa nature et bientôt, se montrant partout, interrogeant et prenant des notes, il fut un de hommes les plus connus de Genève, quoique, différant en cela de ses amis américains, il n'ai jamais voulu admettre que le tact et la discrétion pussent ne pas faire partie des vertus professionnelles et que pour être un reporter, on fût dispensé d'être un gentleman.

Gentleman, il l'était dans toute la force du terme, et même un peu davantage: c'était une nature généreuse et chevalresque, haïssant d'instinct tout ce qui était égoïste et bas, et c'est l'impression qu'il laissera à tous ceux qui l'ont connu. Ses articlesnon signées auront le sort de tous ceux du journalisme, c'est à dire de mourir à peine éclos, c'est à dire à peine lus. Pourtant ils étaient souvent d'un tour gracieux et poétique, surtout lorsqu'ils touchaient aux choses qu'il aimait, aux beautés de la nature et aux grâces de l'enfance. Mais il avait d'autres cordes plus sérieuses à son arc: sa série d'articles sur les travaux des forces motrices, qu'il a suivis pas à pas, était presque l'œuvre d'un artiste, en même temps que celle d'un technicien.

Une indisposition qui parraissait insignifiante au début, mais qui n'était que les symptomes d'un mal plus grave, a miné en trois mois cette organisation un peu usée par les fatigues de la vie, mais saine et robuste encore. Ainsi a été enlevé à sa famille et à ses amis cet homme si jeune d'esprit, au cœur si chaud et qui semblait avoir encore devant lui une longue carrière. Il a vu venir la mort avec calme, comme un ancien soldat, et comme un chrétien qu'il était, non sans tristesse pourtant, car il avait encore bien des devoirs à remplir en ce monde et bien des êtres à aimer.

Il laissera un grand vide à tous ceux qui l'ont connu et à ceux qui ont vécus dans son intimité un profond et impérissable regret. Ils ne se lassaient pas d'admirer comment cinquante-neuf ans d'une vie si agitée avaient pu conserver à cette âme toute sa fleur de jeunesse, et comment cet homme à l'aspect énergique avait gardé la fraîcheur d'impression et presque la candeur naïve d'un enfant. C'était là son grand charme: c'est ainsi qu'il apparaîtra toujours à ceux qui l'ont aimé, qui ont vécu, travaillé et lutté près de lui.


2) From the US national Archives, PJ Vaucher obtained partial copies of James War record.
James VAUCHER: Enrolled New York City Aug 31, 1861 for 3 years,
- appears on Co. Muster-in Roll for Company E, 53rd N.Y. Infantry (UNION) as Sergt. ????
- also appears on Muster-out Roll as 1" Sergt. dated Washington DC, M'ch 21 1862
- but no record of his later service in the cavalry .

3) Nécrologie:

La "Semaine judiciaire" vient de faire une perte sensible dans la personne d'un des rédacteurs du 'Journal de Genève', James Vaucher, dont un nombreux cortège d'amis saluait avant-hier la dépouille mortelle. Bien qu'il ne fût pas juriste de sa profession (mais l'ancien élève de l'Ecole centrale de Paris, l'ancien étudiant de notre Faculté de théologie n'avait-il pas l'esprit ouvert à toutes les sciences ?), un noble sentiment de piété fraternelle, uni à une vue très nette sur les conditions de la publicité nécessaire à une sage administration de la justice, l'avait déterminé à mettre une partie de son inépuisable activité au service du modeste recueil de jurisprudence créé par Louis Vaucher. Dès 1882, c'est-à-dire sitôt après le décès de son frère, il en devint l'éditeur responsable ou mieux l'administrateur zélé, prodigue des ses pas et habile à parer de trop réels embarras financiers.
Vaucher était, en effet, l'homme des élans généreux et du dévoûement. Les caprices du sort le fixèrent de longues années aux Etats-Unis. Séduit par cette civilisation jeune et vigoureuse, qui n'a rien de nos afféteries vieillottes ni de nos sots raffinements, il en excusait, admirait presque les exagérations et les écarts, commel'exubérance d'une terre vierge. C'était une merveille de l'entendre évoquer son passà de soldat, pendant la guerre de sécession; de l'entendre narrer ses vaillantes chevauchées au travers de forêts semées d'embuscades, ou le long des grands fleuves mélancoliques. Son émotion était communicative; sa parole alerte, toujours pittoresque; ses récits vivants et plein de ces mots heureux qui font tableau. Ame candide, de cette candeur qui est la marque d'un grand cœur et d'une haute intelligence, James Vaucher avait su conserver, en dépit des dures leçons de l'expérience, ce sentiment exquis de nos jours trop rare même parmis la jeunesse: l'enthousiasme !
(Semaine judiciaire).


See also James Vaucher entry in my personal database.

Collection Jean Vaucher